Gynécologie Obstétrique - MD, MSC, MMSC, Phd - Spécialiste en fertilité

Rajeunissement ovarien

Qu’est-ce qu’un rajeunissement ovarien?

Les femmes (même celles ménopausées) ont toujours des ovules à l’intérieur de leurs ovaires, mais beaucoup (ou tous) de ces ovules sont inactifs. Le rajeunissement ovarien est une procédure de nouvellement innovante avec l’intention de réveiller la maturation et le développement des ovules dans l’ovaire. La thérapie de rajeunissement devrait être utilisée pour réaliser une grossesse chez les femmes présentant une insuffisance ovarienne prématurée (IOP).

Thérapie de rajeunissement ovarien

1. Injections de PRP (Platelet Rich Plasma) – Les injections de PRP sont une technique où le sang est prélevé de l’avant-bras et centrifugé afin que le plasma riche en plaquettes soit isolé puis réinjecté dans l’ovaire. Il s’agit d’une procédure vaginale peu invasive dans le but que le PRP active vos cellules souches ovariennes pour créer de jeunes ovules.

2. Une autre technique consiste à injecter les propres cellules souches graisseuses de la patiente directement dans les ovaires. Notre graisse corporelle est connue pour avoir des cellules souches. Dans cette procédure, les cellules adipeuses sont retirées de l’abdomen (semblable à la liposuccion) puis les cellules souches sont isolées. Ensuite, les cellules souches sont injectées à l’intérieur des ovaires.

Si vous planifiez une consultation avec le Groupe Médical Garavelas – Iolife et consultez le Dr Attanasio Garavelas, vous pouvez discuter de différentes options de traitement qui s’offrent à vous. Le rajeunissement ovarien est une procédure de fertilité de pointe et, à ce titre, il est toujours considéré comme expérimental avec des taux de réussite et des résultats inconnus.

Candidates idéales pour la thérapie de rajeunissement ovarien

  • Femmes atteintes d’insuffisance ovarienne prématurée (IOP)
  • En général les femmes de moins de 40 ans
  • Femmes atteintes de péri-ménopause précoce • Les femmes qui ont une faible réserve ovarienne et celles qui ont de faibles niveaux d’hormone de régression müllérienne (HRM)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email